onzeBresilFranceUne

Ils nous ont rendus heureux, dribblr vous propose sa Dream Team des Brésiliens ayant évolué dans le championnat de France. N’hésitez pas à concocter la votre !

 

équipebresilFrance

 

« Jaguare » Vasconsellos

 

Nous étions à deux doigts de titulariser Elinton Andrade. Et puis nous avons eu honte. Alors nous avons cherché et ô miracle trouvé Jaguare Vasconsellos ; premier brésilien à fouler les pelouses de France. Gardien de l’OM de 1936 à 1939.

 

Fait marquant : Wikipédia nous raconte qu’il marqua un penalty et en arrêta deux autres lors d’un Sète/Om de 1938. Une bien belle affaire.

 

Thiago Silva

 

(En ballottage avec Ricardo et le Cris des belles années lyonnaises)

 

Certes, il s’est comporté comme un bébé cadum au Brésil l’été dernier. Certes , il a bien foiré sa première moitié de saison et sa présence dans l’équipe-type mondiale 2014 apparaît comme proprement honteuse. Mais gare au retour de bâton. Son altesse sérénissime semble bel et bien sur le retour. A force de chipoter, on en oublie de mesurer la chance qu’on a de le voir évoluer chez nous tous les week-end.

 

Carlos Mozer

 

A-t-il existé meilleur que lui à son poste en France ?

 

Douglas Maicon

 

Il est venu et tout le monde a vu qu’il méritait la cour des grands. Deux bonnes saisons à Monaco, quatre-vingt matchs environ et un beau tremplin vers l’Inter de Milan.

 

Leonardo

 

A l’instar de son compère Maicon, Leonardo vient se faire voir en France pour mieux séduire l’Italie où le Milan l’attend déjà. Le public parisien, frustré de le voir partir si vite, semblait d’ailleurs disposé à le chahuter si le barrage retour face au Steaua était venu à mal tourner. Au sortir d’une prestation majuscule, ponctuée par le fameux et cinglant 5-0, le Brésilien finit au Parc par un tour d’honneur. Comme quoi la vie ça tient à rien.

 

Fait marquant : Il joua assez longtemps arrière gauche et monta d’un cran sur le terrain suite à son passage chez les japonais du Kashima Antlers entre 94 et 96.

 

Edmilson

 

Techniquement au dessus. Toujours bien droit. Cannibale de la tête. Champion du Monde. Champion de France. Champion d’Espagne. Champion d’Europe. On se permet même le luxe de le faire jouer au milieu. Aucun problème il sait faire.

 

Fait marquant : Il est l’auteur d’un match astronomique à Geoffroy-Guichard contre les Verts lors de sa toute première apparition sous les couleurs lyonnaises. En mode baptême du feu.

 

Juninho Pernanbucano

 

Meilleur que Maradona, Platini, Del Piero, Koeman, Beckham, Roberto Carlos, Ronaldinho, Chilavert ou Mihajlovic dans l’exercice du coup-franc. Trente-cinq réussis sous les couleurs lyonnaises. Assurément l’un des cinq joueurs les plus dominants de l’histoire du championnat de France.

 

Fait marquant : Comme un symbole, il marque son centième but pour Lyon lors de sa dernière apparition à Gerland en mai 2009.

 

Rai

 

Une première saison calamiteuse avant l’envol éternel vers une autre galaxie. #Capitaine Rai. Élu joueur du siècle au Paris-Saint Germain.

 

Jairzinho

 

(En ballottage avec Candido Valdo et Paulo César)

 

Le caprice génial d’un producteur de cinéma mégalo (Fernand Méric), lequel fraîchement nommé président, décida d’offrir aux supporters du Vélodrome deux champions du Monde 70 dont le meilleur buteur de l’épreuve : Jairzinho. Blessé lors de son premier match en ciel et blanc, il revient à la compétition deux mois plus tard tandis que l’OM végète à la 14ème place. Associé à son compatriote Paulo César (qui fut d’ailleurs plus performant que lui à Marseille), il parvient à hisser le club jusqu’à la deuxième place. Les anciens disent qu’en France on a jamais vu mieux.

 

Fait marquant : Son aventure phocéenne se finit piteusement par une suspension suite à l’agression supposée d’un arbitre assistant.

 

Ronaldinho

 

Quelque chose à redire ?

 

Fait marquant : Sans respect, il a pris quatre secondes à Leboeuf et Hemdani sur 50 mètres un soir de Classico en 2003.

 

Sonny Anderson

 

Ne pas se fier à ses interventions soporifiques de consultant sur BeIN Sports. Se focaliser sur le joueur et uniquement sur le joueur. 302 matchs en France pour 177 buts. Trois fois chef canonnier de D1. Les petits pas de samba en prime.

 

Fait marquant: Il débarque à Marseille au mercato hivernal de la saison 93-94 et marque seize buts en à peine vingt rencontres. Tout l’art d’annoncer la couleur.

 

 

Les onze de rêve précédents

 

 

Onze de rêve

Laisser un commentaire

Close
Supportez dribblr !
Suivez-nous sur les réseaux :